21 juil. 2016

Les rives de la Terre lointaine

Irlande, 1846. A 17 et 19 ans, Kathleen et Michael sont amoureux. Ils ne rêvent que d’une chose : quitter leur île natale pour rejoindre les Amériques, y fonder une famille et commencer une vie nouvelle. Car Kathleen est enceinte… Mais ces projets s’effondrent quand Michael est arrêté pour avoir volé du pain. Il est alors envoyé en Australie pour y purger sa peine. Au cours de la traversée, il fait la connaissance de Lizzie, une jeune prostituée. Pendant ce temps, Ian Coltrane, un vendeur de bétail, demande en mariage Kathleen, inconsolable depuis le départ de son amant. Ses parents acceptent sans hésiter. Les jeunes époux partent alors tous deux pour la Nouvelle-Zélande, dans l’espoir d’y faire fortune. Hélas, Ian se révèle vite cupide et violent. De son côté, Michael qui ne cesse de penser à Kathleen est courtisé par Lizzie. Pour échapper au sort qui les attend, ils décident tous deux de s’enfuir pour la Nouvelle-Zélande. Le destin saura-t-il réunir Michael et Kathleen ?




-Michael, dit-elle alors d'un ton soucieux. Je ... je ne sais pas beaucoup de choses à ce sujet, mais je vois bien que les femmes qui se marient ... ont ... ont un corps comblé. Et je vois aussi celui de ma mère quand elle attend un nouvel enfant ... Michael ... je ... c'est bien beau ton histoire d'amour, mais ... quand une fille prend du poids, bien qu'elle n'ait rien dans l'estomac, c'est qu'elle a quelque chose d'autre dans le ventre...


Sarah Lark, l'auteure à succès de la trilogie "Le Nuage blanc" a récidivé en écrivant le premier tome d'une nouvelle fresque historique mêlant habilement romance et récit d'aventure. Je remercie chaudement la maison d'édition l'Archipel ainsi que mon partenaire LP Conseils pour m'avoir donné l'opportunité de découvrir ce livre que j'ai ... adoré.
Kathleen et Michael sont deux jeunes irlandais qui vivent pauvrement en 1846. L'hiver est rude pour tout le monde et la famine est d'actualité. Accusé de vol, Michael voit tous ses rêves de former une famille avec la douce Kathleen qui est enceinte, se briser. Il est aussitôt envoyé en Australie afin de purger sa peine tandis que Kathleen, contrainte par ses parents d'épouser un éleveur de bétail brutal, part en Nouvelle-Zélande. Séparés par la mer de Tasman, Michael et Kathleen ne rêvent que de leur promesse de se retrouver. Certes, le destin existe, mais il peut être très farceur.
Je l'avoue, lors des premières pages, j'ai eu peur de ne pas aimer ce livre. Non seulement la bête est énorme (608 pages) mais en plus, l'auteure aime rentrer dans les détails pour expliquer tout ce qui entoure ses personnages. Je vous ai déjà dit que les descriptions me barbent rapidement? Mais ça, c'était avant de découvrir la plume de Sarah Lark qui m'a littéralement transportée. J'ai trouvé son écriture magnifique, sonnant absolument juste et me faisant découvrir des contrées et des peuples avec lesquels je n'avais jamais été familiarisée. A travers ses mots, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, les Maoris et leurs coutumes n'ont plus eu de secrets pour moi. Je me suis régalée par tant de dépaysement. L'immersion a été totale et vraiment des plus réussies!
Au-delà de l'environnement, j'ai été absolument charmée par les personnages et leur histoire. Le récit s'attache surtout à la vie de Kathleen qui de pauvre petite chose fragile et soumise à son mari va développer une véritable force de caractère et d'instinct de survie. J'ai suivi ses péripéties avec une passion grandissante d'autant que l'auteure commence son récit en 1846 pour l'achever en 1864. Autant vous dire que sur une vingtaine d'années, j'ai largement eu le temps de m'attacher à elle et au tragique de sa situation. En plus de Kathleen, on suit un autre personnage féminin, Lizzie, une jeune prostituée envoyée au bagne en Australie pour avoir volé du pain. Elle fait la rencontre de Michael sur le bateau qui l'emmène sur le nouveau continent et va immédiatement tomber amoureuse de lui. Il s'agit d'une passion à sens unique puisque Michael n'a que sa Kathleen en tête et son prénom à la bouche et je n'ai pas pu m'empêcher d'éprouver de la pitié à l'égard de ces trois cœurs contrariés et perdus.
Tout le suspens du récit réside dans l'attente des retrouvailles entre Kathleen et Michael et m'ont fait du coup dévorer à toute vitesse les nombreuses pages de ce livre. J'ai noté avec amusant que plus le récit avançait, plus la fin que je souhaitais voir arriver en débutant ce roman s'est modifiée dans ma tête. En effet, la vie apporte avec elle son lot de surprises et de désillusions, de nouvelles rencontres et d'opportunités et j'ai suivi avec passion l'évolution de nos trois personnages et leurs vies semées d'embuches. La Kathleen et le Michael de 1864 ont énormément changé par rapport à ce qu'ils étaient en 1846 et c'est bien ce qui les a rendu aussi intéressants à mes yeux.
En résumé, Les rives de la terre lointaine a été une lecture riche et palpitante que j'ai adoré découvrir. Je lui mets la note maximale de 5/5 tout en vous précisant qu'il m'a manqué une petite étincelle pour pouvoir en faire un coup de cœur. Je découvrirai les deux prochains tomes avec plaisir bien que je trouve que celui-ci se suffise largement à lui-même.

★★★★★

6 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce style d'histoire. Je me le note pour sa sortie poche!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne savais pas que c'était une trilogie. Je pensais que c'était un one-shot ! J'ai hâte de le lire car je l'ai aussi reçu grâce à LP conseils :D C'est typiquement le genre d'histoire que j'aime en plus :p

    RépondreSupprimer
  3. Je suis justement en train de le lire ! J'aime énormément pour le moment (j'en suis à peu près à la moitié) Je ne savais pas qu'il s'agissait d'une trilogie, tu viens d'illuminer mon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de t'avoir annoncé cette bonne nouvelle et je suis contente que tu l'apprécies autant! Tu vas voir que la deuxième moitié est tout aussi bien sinon encore meilleure que le début =)

      Supprimer