27 nov. 2014

Vivants

Résumé: R est un zombie. Il n'a pas de nom, pas de souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans les ruines d'une ville dévastée, R rencontre Julie. Elle est vivante, palpitante. C'est un jaillissement de couleurs dans un camaieu de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. C'est le début d'une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Ce n'était jamais arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts. Il veut respirer de nouveau, il veut vivre et Julie va l'aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Extrait: Manger n'a rien d'agréable. Je mâche le bras d'un homme et je déteste ça. Ses cris me sont insupportables, parce que je n'aime pas infliger de la souffrance aux autres mais le monde est ainsi maintenant. Nous n'avons pas le choix. Et si je ne le dévore pas entièrement, si j'épargne son cerveau, il se relèvera et rentrera avec moi à l'aéroport, et je me sentirai peut-être moins coupable. Je lui présenterai tout le monde, et peut-être que nous resterons-là, à grogner ensemble pendant un moment.




L'objet livre est assez agréable à regarder. Il est cohérent avec l'histoire racontée par Isaac Marion. Le rouge évoque bien entendu le sang et le cœur blanc, la romance entre R le zombie et Julie. A l'intérieur du livre, à chaque début de chapitre, on a une petite illustration du corps humain en noir et blanc avec les muscles, les nerfs, les tendons...

Je ne vais pas vous raconter l'histoire car le résumé de la quatrième de couverture ci-dessus en dit bien assez comme ça. Je me suis achetée ce livre après avoir lu de nombreux avis positifs le concernant. Il faut dire que j'aime bien les histoires sur les zombies, la fin du monde etc. Et pourtant, j'ai été déçue. Peut-être que j'en attendais trop, je ne sais pas. Ce qui est sûr, c'est que l'histoire est gentillette, les zombies ont beau tuer les êtres vivants pour se nourrir, dévorer les cerveaux de leurs victimes dans le but de revivre leurs souvenirs, cette histoire ne fait pas peur, je n'ai pas eu de sueurs froides et ça m'a un peu manqué. On est pas du tout dans l'ambiance oppressante de walking dead.

Pourtant, c'était bien parti, on est dans la peau du zombie R, c'est plutôt novateur et intriguant. Ca change parce que d'habitude, on est dans la peau des humains qui essaient de survivre. R est en décalage par rapport à ses amis zombies. Il a conscience de ce qu'il est, ses pensées sont extrêmement structurées, c'est juste qu'il n'arrive pas à les exprimer clairement par la parole. Pourtant, il va petit à petit se mettre à redevenir humain au contact de Julie. Je n'ai pas trop accroché avec les personnages principaux, R est un peu trop gentil et mou et Julie à l'air de trouver complètement normal de se faire capturer par un zombie qui lui fredonne du Sinatra à l'oreille, c'est surréaliste. Perso, je me fais capturer par un zombie, je hurle, je pleure, j'essaie de m'échapper toutes les deux secondes. Bref on a pas tous le même instinct de conservation vous me direz.

En résumé, des personnages peu charismatiques, un rythme lent qui manquait de rebondissements, je me suis donc ennuyée dans ma lecture c'est ce qui lui vaut un 1/5 mais par curiosité, je regarderai quand même le film cette semaine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire