21 mars 2018

{Chronique} Et plus si affinités

Ses parents inquiets de l'incapacité de parler de leur fille dans les situations de stress, essaient tous les traitements médicaux et psychologiques qui leur sont proposés. Paradoxalement c'est la surdité de Rhys qui sortira Steffi de son mutisme. Entre langue des signes, regards éloquents et autres moyens de communications improvisées, les deux adolescent tissent un lien très fort.











J'aime de plus en plus lire des contemporains qui véhiculent de beaux messages en compagnie de personnages touchants et attachants qui ont l'air au premier abord fragiles et abimés par la vie mais se révèlent finalement être plus fort que la plupart d'entre nous. Merci aux éditions Casterman de m'avoir permis cette très jolie lecture. 
Steffi est victime d'un mutisme sélectif et d'une grosse phobie sociale. En compagnie de sa meilleure amie Tem et de sa famille proche, sa timidité est presque imperceptible mais dès qu'elle quitte son environnement habituel et sécurisant, elle se retrouve complètement muette, incapable de communiquer avec qui que ce soit. Le proviseur de son lycée va lui présenter Nick, un nouvel élève sourd parce que Steffi connaît les rudiments de la langue des signes. Est-ce que cette rencontre va permettre à Steffi de s'exprimer davantage ? 
Cette lecture est aussi douce qu'une caresse. Je l'ai trouvé tendre et mignonne à souhait, sans jamais tomber dans le mièvre ni dans l'excès. Elle aborde plein de sujets de société très intéressants parmi lesquels la mixité, la différence, le handicap et le deuil mais elle aborde avant tout, l'adolescence avec ses hauts et ses bas, l'amitié, le premier amour et les questions existentielles inévitables sur l'avenir. 
Cette une histoire vraiment complète qui prend le temps de s'installer tout doucement, de toucher notre esprit avant d'embarquer notre cœur. On va ainsi apprendre à nous familiariser à Steffi qui vit entre deux maisons, celles de ses parents divorcés et dont les interactions sociales se résument à sa chienne, sa meilleure amie et sa famille recomposée. La jeune fille a beau être d'une timidité maladive, sous traitement médicamenteux et suivi psychologiquement, elle n'en est pas moins plus forte qu'elle ne semble le penser. Elle a une véritable envie de bien faire, elle est d'une nature enjouée, douce et aimante et c'est vraiment un personnage que j'ai adoré découvrir. 
En parallèle, on apprend à connaître Rhys qui en dépit de son handicap est un garçon ouvert, sociable et amical. Il vient d'un lycée spécialisé dans lequel il y avait de nombreuses personnes sourdes mais pour sa dernière année avant d'intégrer la fac, il a décidé de changer d'établissement afin de se préparer à ne pas être constamment couvé. 
Peut-être qu'au premier abord, cette histoire d'amour entre la muette et le sourd sonne un peu facile mais elle n'est en rien clichée et provient d'une belle évidence. Peu importe leur handicap, ces deux là se sont trouvés et leur amour va être une véritable force l'un pour l'autre. Leur relation a su me toucher et leurs échanges, véritable patchwork de phrases écrites, mimées et lues sur les lèvres m'ont rendu rêveuse. 
J'ai pu m'attacher aux personnages secondaires tout simplement parce qu'ils possèdent une véritable place et une grande importance dans le récit. Tem aime Steffi d'un amour inconditionnel depuis leur enfance quant aux parents, ils ont beau avoir divorcé ils n'ont pas mis de côté pour autant leur rôle parental et tout en étant très différents l'un de l'autre, s'impliquent beaucoup tous les deux dans l'éducation de leur fille. Toute cette ribambelle de personnages m'a fait forte impression et même si le récit m'a semblé vraiment complet (je ne sais pas ce qu'aurait pu ajouter de plus l'auteure) je me suis sentie triste de terminer cette histoire tout simplement parce que je me sentais extrêmement bien à l'intérieur. 

★★★★☆


Aucun commentaire:

Publier un commentaire