23 août 2018

{Chronique} Éclaircir les ténèbres

1640. Une Province a disparu. Il semble que l'enfer se soit abattu sur la paisible vallée d'Ouraos, territoire enchanté du Jura et berceau de la princesse Sophronia. Les étoiles ont pâli, une brume verdâtre se glisse partout. Les habitants, terrifiés, se cloîtrent chez eux. On y a vu Frigg, une ancienne déesse païenne accompagnée d'une armée de monstres...
Recrutés dans le Paris misérable et grouillant du XVIIe siècle par le cardinal de Richelieu, quatre hommes sont désignés pour lutter contre les puissances des ténèbres : fantassin, mousquetaire, artilleur et lansquenet. Mais le Cardinal leur adjoint un cinquième comparse en la personne du brillant philosophe et ancien mercenaire René Descartes.
Son objectif : soumettre la sorcellerie à la loi de la raison, et au final, éclaircir les ténèbres.
Un roman à la croisée des chemins, entre aventures, sorcellerie et roman historique.






Il y a de ça quelques temps, j'ai reçu deux titres des éditions Snag : Initiée que j'ai eu l'occasion de lire et qui m'a valu un beau coup de cœur et Éclaircir les ténèbres que j'ai lu dernièrement. Je remercie une fois de plus la maison d'édition pour ces envois même si malheureusement, vous allez pouvoir constater d'ici quelques instants que je ne me suis pas franchement régalée en compagnie de cette dernière lecture. 
L'intrigue se passe au 17ème siècle. Une vallée de Franche-Comté est en proie à des manifestations qui relèvent de la sorcellerie et ses habitants, terrorisés, restent cloîtrés chez eux. Le Cardinal Richelieu mandate cinq hommes courageux qui n'ont pas grand chose à perdre pour enquêter sur place et tenter de lever la malédiction qui semble être bien installée dans la vallée. 
J'ai donc eu l'occasion de découvrir un roman qui mêle habilement les genres historiques et fantastiques et même si cette lecture m'a globalement déçue, je suis rentrée avec facilité dans l'histoire. Il faut dire que la plume de l'auteur est agréable à suivre et le côté historique du roman m'a paru solide et a su me convaincre. L'auteur a choisi pour contexte, la guerre de Dix ans en reconstituant de manière réaliste le conflit de l'époque. On croise d'ailleurs des noms connus à commencer par le Cardinal Richelieu qui même s'il n’apparaît que ponctuellement dans l'histoire, est tout de même l'instigateur de cette curieuse mission. 
Parmi les cinq personnages qu'il envoie en Franche-Comté, on peut nommer Descartes, le philosophe envoyé pour ses connaissances, Jonas l'artificier, Damien spécialiste des combats à main nue, Rudolph, un combattant aguerri abîmé par la vie et enfin, Hughes d'Ouraos, fidèle lieutenant et homme de main de Richelieu dont le père est le comte de la triste vallée de Franche-Comté. Nous avons donc une équipe assez hétéroclite mais je déplore le fait de ne pas avoir réussi à m'attacher aux personnages au fil de leur aventure. Il faut dire qu'en dehors de Descartes et de Hugues, le rôle des autres est finalement assez anecdotique. 
La partie fantastique de l'histoire a réellement débuté lorsque le premier quart du livre est passé et je n'y ai malheureusement pas été sensible. Pour vous dire en quelques mots en quoi consiste la mythologie du récit, on découvre la sorcière Frigg et tout un bestiaire à l'ambiance gothique qui m'a laissé assez froide. 
De manière générale j'ai eu du mal à me sentir investie dans ce récit qui peine à s'installer puis à avancer. Et lorsque j'ai enfin compris de quoi il retournait, j'avoue avoir à peine sourcillé et patiemment attendu le dénouement. En résumé, je suis sans doute passée à coté de cette histoire parce que j'ai vu de très bons avis passer la concernant mais en ce qui me concerne je n'ai pas été sensible à ce récit. 
★★☆☆☆



Aucun commentaire:

Publier un commentaire