29 août 2018

{Chronique} Leah à contretemps

Moi, c’est Leah. Leah Burke. (Semi-)pro de la batterie. Gribouilleuse clandestine. Meilleure amie du choubidou du lycée, mon best bro, le démolisseur d’Oreos, j’ai nommé : Simon Spier. C’est notre année de terminale, la dernière ligne droite avant la fac. Alors, forcément, tout part en vrille.

Le couple insubmersible formé par Abby et Nick est en train de prendre l’eau. Je me suis fâchée avec des filles que je connais depuis la maternelle. Et plus le temps passe, plus j’ai l’(affreuse) impression que notre pote Garrett veut sortir avec moi. Il est mignon. Adorable. Prévenant. Le genre de mecs que n’importe qui aimerait avoir comme cavalier au bal du lycée.

Mais pas moi. Ah oui, je ne vous l’ai pas dit ? Paraît que j’adore me compliquer la vie…







En Juin, les éditions Hachette m'ont fait parvenir les livres de Becky Albertalli : Love Simon et Leah à contretemps. Love Simon m'avait fait passer un bon moment de lecture et j'avais encore plus aimé l'adaptation cinématographique que j'avais été voir avec une copine. Mais il me restait encore Leah à contretemps à lire et même si j'ai mis du temps avant de le sortir de ma PAL, j'étais heureuse à l'idée de retrouver notre petite bande d'amis. 
Leah est la meilleure amie de Simon. Pour autant, si elle n'a aucun secret pour sa mère dont elle est très proche, elle a bel et bien un secret dont elle ne souhaite pour le moment pas s'entretenir devant Simon. A ce propos, elle surveille d'ailleurs avec beaucoup d'attention leurs amis respectifs Abby et Nick dont le couple bat de l'aile tout en préparant son inscription à la fac parce que l'époque du lycée touche déjà bientôt à sa fin. 
L'histoire de Leah à contretemps se déroule peu de temps après celle de Love Simon mais les deux livres ne sont pas considérés comme étant des suites à proprement parler. Ce qui ne m'a en tout cas pas empêché d'apprécier retourner dans l'univers propre à ce récit que j'ai lu en l'espace de quelques jours. 
Leah est un personnage tout aussi fort et attachant à suivre que l'a été Simon. Certes leurs caractères sont très différents et Leah renferme en elle une grande fragilité qu'elle tente de cacher sous un côté grande gueule mais j'ai en tout cas aimé la découvrir plus en profondeur parce qu'elle est beaucoup plus intéressante qu'elle ne semblait l'être dans Love Simon. C'est propre à son âge mais elle s'interroge beaucoup sur ses sentiments, tente même parfois de les refouler sans y parvenir totalement ce qui me l'a rendue touchante. 
L'ambiance fébrile propre à la fin du lycée était également agréable à découvrir. Les personnages postulent à la fac de leur choix, reçoivent leur réponse et oscillent entre joie et déception avant d'aller visiter les campus et se préparer pour le bal, soit, l’événement qui marque de manière officielle la fin du lycée. Oui, on navigue en plein cliché mais même si ça en gênera peut-être certains, curieusement, ça n'a pas été mon cas. Certes, on est toujours pas dans de la grande littérature, je continue à reprocher un style d'écriture qui n'est pas assez recherché à mon goût mais ayant déjà lu Love Simon, je savais tout de même à quoi m'attendre. 
J'ai lu ce livre sans me prendre la tête, en déconnectant mon cerveau au préalable et en appréciant ce que cette lecture avait à m'offrir, soit un agréable moment de lecture en compagnie d'une histoire qui met de bonne humeur en véhiculant de beaux messages de tolérance, d'amour et d'amitié. 

★★★☆☆



Aucun commentaire:

Publier un commentaire