17 août 2018

{Chronique} Pretty Dead Girls

Belles à tomber. 
Parfaites en tout point. 
Sauvagement assassinées.
Leur corps est apprêté avec méticulosité, disposé dans une position bien particulière. Leurs visages, parfaitement maquillés, sont tournés selon l'angle le plus flatteur, leurs vêtements coûteux brossés et défroissés. Seul leur cou ouvert d'une oreille à l'autre vient démentir ce tableau idyllique. Seul leur regard vide trahit la vérité : elles sont mortes et bien mortes. 
Les filles les plus populaires du campus sont tuées les unes après les autres et la reine de la promotion, Penelope Malone, présidente du club qui les réunit, est terrifiée à l'idée d'être la prochaine sur la liste. La seule issue, pour elle ? Fouiner un peu, chercher qui peut bien être ce tueur en série qui menace la tranquillité de cette petite ville côtière de Californie, un havre de paix habité par certaines des plus grandes fortunes du pays. Ses soupçons se portent d'abord sur Cass Vicenti, d'autant qu'il était étrangement proche de certaines des victimes malgré son statut de nerd de service. Mais échapper au tueur va demander à la jeune fille de se faire beaucoup, beaucoup plus maligne qu'elle ne le pensait... 
Belles à tomber. Parfaites en tout point. Sauvagement assassinées. Le meurtrier ne sera satisfait que quand toute l'aristocratie qui règne sur le lycée sera passée au fil du couteau – à commencer par Penelope. Et le coupable est plus près d'elle qu'elle ne le croit !


Pretty Dead Girls est sorti chez Lumen à un moment où je lisais pas mal de thrillers young-adult. N'ayant pas envie d'en faire une overdose parce que rappelons-le, c'est un genre littéraire que je lis peu et dont je ne raffole pas précisément, je n'ai pas demandé à recevoir ce titre en dépit d'un résumé prometteur et d'une couverture que j'apprécie énormément. J'ai néanmoins eu l'agréable surprise de le découvrir un beau jour dans ma boîte aux lettres et lorsque je me suis enfin sentie prête à le lire, il y a quelques jours, les choses se sont faites naturellement. Je remercie donc la maison d'édition pour cette délicate attention !
A Cape Bonita, petite ville balnéaire de Californie, un serial-killer sévit sur le campus d'un lycée en ciblant les filles les plus populaires de terminale. Pénélope a l'intuition qu'elle pourrait bien être la prochaine sur la liste et comme la police a l'air de patiner dans la semoule sur cette enquête, elle décide de prendre les choses en main et de chercher elle aussi un suspect. Tiens, ce garçon par exemple, Cass Vicenti, mystérieux, très secret et qui reste constamment seul. Il est de notoriété publique que sa mère a assassiné son père il y a des années. Cette folie meurtrière est peut-être contagieuse ?
J'ai été agréablement surprise de me sentir prise au jeu de cette histoire et ce, dès les premières pages de lecture. Il faut dire que l'auteure ne nous ménage pas car d'entrée de jeu, nous avons le droit au premier des crimes réalisé par le serial-killer, histoire de se mettre bien dans le bain. Ce passage comme d'autres qui suivront dans le récit, nous permet de découvrir les pensées du tueur. C'est un procédé qui n'est peut-être pas si original que ça mais auquel je suis sensible lorsque je lis un thriller car c'est d'autant plus déstabilisant qu'on se demande sans cesse qui se cache derrière de si sordides réflexions.
L'histoire en elle-même est intéressante, il y a de la tension dans l'air et j'avais toujours envie d'en découvrir plus sur ce que je lisais tout en me demandant constamment quelle serait la prochaine victime sur la liste du tueur. Mais là où le bât blesse dans cette histoire, c'est au niveau des personnages. Malheureusement, l'auteure n'est pas parvenue à me les rendre attachants. Pas même l’héroïne, Pénélope, un peu trop lisse et parfaite à mon goût et qui surtout devient insupportable de niaiserie dès lors qu'elle va tomber amoureuse. Pour vous dire à quel point les personnages m'ont laissé froide, c'est que je ne me sentais pas du tout affectée par les disparitions consécutives des personnages secondaires. J'aurai apprécié me sentir davantage proche d'eux histoire de ressentir des émotions plus fortes en assistant à leur disparition.
L'auteure laisse filtrer tellement peu d'indices qu'il est pratiquement impossible de deviner l'identité du tueur avant le dernier tiers du récit. Par la suite, dès lors que les événements se précipitent de plus en plus, son identité devient évidente et la résolution de l'enquête m'a convaincu.
En résumé, j'ai globalement passé un bon moment de lecture en compagnie de Pretty Dead Girls, qui ne brille peut-être pas par son originalité ni par le charisme de ses personnages mais possède le mérite d'avoir une écriture dynamique et entraînante. 

★★★☆☆



Aucun commentaire:

Publier un commentaire