28 août 2018

{Chronique} Ma raison de vivre Tome 3 Ma raison de respirer

Deux ans après avoir brisé le coeur d'Evan, Emma ne parvient pas à l'effacer de sa mémoire. Quand un carton plein de souvenirs ressurgit, l'armure d'Emma se fissure. Toutes ses émotions passées reviennent l'assaillir. Pour oublier, elle devient accro à l'adrénaline. Soirées, alcool, garçons : rien ne semble pouvoir combler ce vide qui la consume. Jusqu'à une rencontre décisive, 
qui bouleversera toutes ses certitudes...















Ma raison de respirer est le troisième et dernier tome de la trilogie écrite par Rebecca Donovan. J'ai eu l'occasion de lire les deux premiers tomes ces dernières années qui m'ont chacun valu un beau coup de cœur, j'espérais donc signer un troisième et dernier coup de cœur avec ce dernier tome qui m'a été choisi par les soins des abonnés à ma chaîne Youtube afin d'intégrer ma pile à lire estivale. Force est de constater cependant que le coup de cœur n'a pas été au rendez-vous. 
Emma a vécu un quotidien terrible chez son oncle et sa tante dans le premier tome avant d'emménager chez sa mère dans le second tome pour une vie différente mais tout aussi morose et peu souhaitable. Deux ans se sont écoulés depuis les événements survenus à la fin du tome 2 et Emma est désormais partie à la fac. A elle la liberté, les soirées étudiantes et autres joyeusetés. Pourtant la jeune femme est toujours aussi déprimée et va plonger dans un cercle infernal pour ressentir l'adrénaline nécessaire pour lui prouver qu'elle est toujours vivante. 
La question à un million est, que s'est-il passé ? Objectivement parlant, cette lecture n'est pas mauvaise, loin de là même et j'apprécie toujours autant la plume de l'auteure qui retranscrit à merveille les atermoiements de notre héroïne toujours en proie à son passé. En revanche, je me suis sentie bien moins investie par ce qui se passait dans ce dernier tome que dans les précédents. En effet, je me suis sentie prise dans un tourbillon de fêtes qui se ressemblent toutes, ou le principe est de se bourrer la gueule le plus rapidement possible parce que sinon c'est pas drôle, alors que ce que je voulais, c'était me sentir prise à la gorge à cause d’événements dramatiques comme il a pu se passer auparavant. 
Etant donné que dans ce tome Emma cherche surtout à passer le temps en se lançant des défis idiots histoire de se prouver à elle-même qu'elle est toujours en vie, je dois dire que j'ai trouvé le temps plutôt long et c'est d'un œil vaguement intéressé que j'ai suivi l'avancée de l'histoire jusqu'à l'apparition de Sara et Evan dans la dernière partie du récit. Ce sont deux personnages secondaires que j'ai toujours beaucoup aimé et mon appréciation n'a pas changé. Sara joue à la perfection le rôle de meilleure amie, c'est vraiment celle qu'on rêverait tous d'avoir mais qui n'existe jamais en vrai, à l'image d'Evan, le parfait petit ami, celui qui, patient, reviendra toujours même lorsqu'on exagère. Petit bonus d'ailleurs, on a le droit dans ce dernier tome au point de vue d'Evan sauf que malheureusement, son point de vue n'est visible qu'à l'aide d'un saut de ligne ce qui fait que j'ai passé une bonne partie à la fin de l'histoire à me demander si je suivais le point de vue d'Evan ou bien celui d'Emma, ce qui a eu le don de m'agacer prodigieusement à la longue. 
En résumé, j'ai conscience d'avoir surtout pointé les défauts que j'ai trouvé à ma lecture. Ne prenez pas peur pour autant, ce livre est loin d'être mauvais mais il faut dire qu'ayant ressenti un coup de cœur pour les deux premiers tomes, j'ai certainement dû, de manière inconsciente placer la barre trop haute en m'attendant à retrouver les mêmes sensations lors de cette dernière lecture. Je suis donc déçue d'avoir été déçue, d'avoir trouvé le temps parfois long et de ne pas m'être enthousiasmée plus que ça par la fin mais l'auteure a su encore une fois trouver des mots justes et touchants. 

★★★☆☆



Aucun commentaire:

Publier un commentaire