23 nov. 2017

{Chronique} Firebird Tome 1 A Thousand Pieces of You

Marguerite Caine’s physicist parents are known for their radical scientific achievements. Their most astonishing invention: the Firebird, which allows users to jump into parallel universes, some vastly altered from our own. But when Marguerite’s father is murdered, the killer—her parent’s handsome and enigmatic assistant Paul—escapes into another dimension before the law can touch him.
Marguerite can’t let the man who destroyed her family go free, and she races after Paul through different universes, where their lives entangle in increasingly familiar ways. With each encounter she begins to question Paul’s guilt—and her own heart. Soon she discovers the truth behind her father’s death is more sinister than she ever could have imagined.






Depuis le mois de janvier, j'achète tous les mois un livre en anglais mais c'est bien beau d'en acheter il faut également les lire ! Je m'étais fixé comme objectif de lire 5 livres en anglais sur l'année 2017 et il m'en restait un à lire pour remplir mon petit challenge personnel. Je n'avais pas une idée précise du style de livre que je recherchais mais c'est finalement Manon qui a décidé à ma place en me proposant une lecture commune de A thousand pieces of you, le premier tome d'une trilogie signée Claudia Gray qui a rejoint ma PAL à la rentrée. Je n'avais encore jamais fait de LC pour un livre en anglais mais finalement c'est très motivant car là où je mets un mois, un mois et demi toute seule par manque de motivation, là, en quinze jours c'était plié !
Les parents de Marguerite sont de célèbres physiciens à qui l'on doit l'invention du Firebird, un petit appareil permettant de voyager dans des univers parallèles. Marguerite, loin des préoccupations scientifiques de ses parents est plutôt une artiste douée de ses mains. Sa vie va être bouleversée par le meurtre de son père causé par son assistant Paul. Bouleversée et avide de vengeance, Marguerite, équipée d'un Firebird va traquer Paul d'un univers à un autre dans l'espoir de venger son père.
J'ai eu peur qu'un roman traitant d'univers parallèles soit relativement compliqué à comprendre en le lisant en anglais d'autant que Marguerite, en voyageant, prend le contrôle du corps d'une autre Marguerite qui vit une vie différente de la sienne. En fait, tout a coulé de source car l'auteure est suffisamment claire dans ses explications pour ne pas se sentir perdu. J'ai ainsi pu découvrir une Marguerite dans un Londres futuriste, une princesse Marguerite, fille du tsar Alexandre V vivant à Saint-Pétersbourg et j'attendais à chaque fois avec impatience, l'apparition d'un nouvel univers. Il y en a 5 ou 6 de mémoire dans ce premier tome et même si ils ne sont pas tous autant développés les uns que les autres, ça reste un des points forts du récit.
Le personnage de Marguerite a été très intéressant à découvrir parce que ses multiples voyages la font évoluer. J'ai découvert une jeune femme en proie au chagrin et au doute, sachant mettre sa peine de côté, accueillir à bras le corps une détermination à toute épreuve qui la pousse à avancer et à agir. Ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant à voir, c'est qu'elle doit endosser son propre rôle dans ses différentes vies et comprendre rapidement les codes des univers dans lesquels elle évolue pour se fondre dans la masse. Dans sa quête de compréhension et de revanche, elle n'est pas toute seule puisqu'il y a Theo, le second assistant de ses parents qui la suit comme son ombre. Mes sentiments sont assez ambivalents le concernant et je dois vous avouer que j'ai globalement eu du mal à m'adapter à ce personnage.
Même si j'ai passé un bon moment de lecture en compagnie de ce récit de science-fiction dépaysant, mon intérêt a parfois oscillé au fil de ma progression car certains passages tournent un peu en rond. Il y a des complots, des traîtres, un grand méchant et si certaines révélations ont été de belles surprises d'autres en revanche ont été plus prévisibles.
Je ne sais pas encore si je me dirigerai vers la suite de cette histoire (qui si l'on en croit la couverture aura pour toile de fond Paris et le moulin rouge ainsi que la ville de San Francisco) pour la simple et bonne raison que plus le temps passe, plus je deviens difficile avec mes lectures mais c'était tout de même un roman sympathique et bien ficelé!

★★★☆☆
La chronique de Manon du blog Vibration litteraire




Aucun commentaire:

Publier un commentaire