29 nov. 2017

{Chronique} Remade

Un virus foudroyant attaque partout dans le monde sans qu’on puisse le stopper . En moins d’une semaine, l’humanité tout entière est menacée . Prévenus par leur père vivant à New York, Leon , 17 ans, sa petite sœur Grace et leur mère quittent Londres au plus vite pour échapper à la propagation de la maladie . Mais le virus est déjà là, se répandant par spores et infectant les passagers du train où ils se trouvent. Leur fuite est de plus en plus périlleuse . À mesure que les jours passent, le virus devient de plus en plus intelligent. Réussissant à tromper la vigilance des survivants en prenant la forme d’animaux, et sans doute bientôt de l’être humain lui-même...










Remade correspond exactement au type de livre que j'apprécie ingurgiter. Oui, je parle d'ingurgitation parce qu'à la vitesse à laquelle je lis et en l'occurrence, à la vitesse à laquelle je l'ai lu lui, c'est tout à fait de ça dont il s'agit. Je remercie donc les éditions Casterman de m'avoir permis cette lecture divertissante. 
Un virus meurtrier et foudroyant s'est d'abord abattu sur le continent africain avant de se propager en l'espace de quelques jours dans le monde entier. Grâce à leur père qui a des contacts haut placés au sein du gouvernement américain, Leo et sa famille font parti des premiers à avoir été mis en garde contre la propagation du virus et incités à fuir. Dans leur course effrénée pour échapper au virus qui devient de plus en plus intelligent, Leo et sa famille seront-ils vraiment les plus rapides?
Vous le savez, l'apocalypse, la fin du monde dans la terreur et le sang, la survie moi j'aime ça ! Alors que paradoxalement, je suis une pas douée de la vie même pas capable d'ouvrir les sirops pour la toux qui possèdent une sécurité enfant ! On est bien d'accord que si cette configuration était réelle, je ne ferai clairement pas parti des survivants. Pour en revenir à ma lecture, ça partait vraiment très bien. J'ai d'ailleurs lu à toute vitesse la première moitié du roman. Le récit est dynamique et très immersif et il possède une bonne grosse dose de tension qui va crescendo. J'ai notamment adoré le passage dans le train qui m'a donné je l'avoue quelques sueurs froides.
J'ai malheureusement trouvé que la partie où Leo et sa famille sont livrés à eux-mêmes était trop courte et passé ce constat, mon intérêt à commencé à décroître parce que je n'ai pas vraiment apprécié le nouveau cadre et les personnages qui sont introduit dans la seconde moitié du récit. Le temps m'a parfois semblé long et je n'ai pas réussi à ressentir de nouveau la tension et les émotions qui s'étaient emparés de moi au début de l'histoire. J'admets toutefois être restée sous le choc face aux évènements finaux qui ont relancé ma curiosité.
Faire intervenir un virus intelligent en constante mutation est vraiment malin de la part de l'auteur. Découvrir sa manière de se comporter face aux différents environnements dans lesquels il est amené à évoluer est l'un des points du récit qui m'a le plus intéressé. Face à lui, les humains sont peu de choses et ce qui est sûr c'est que mieux vaut ne pas trop s'attacher aux personnages. J'ai salué le courage de Leo, un ado pas très populaire depuis son changement d'école et qui manque cruellement de confiance en lui.
En résumé, j'ai passé un super moment avec la première partie du roman avant de décrocher légèrement avec la seconde mais au vu de tout le potentiel présent, je serai curieuse de découvrir la suite. 

★★★☆☆

Aucun commentaire:

Publier un commentaire