11 oct. 2018

{Chronique} Hazel Wood

Hazel Wood, la résidence légendaire d'Althea Proserpine, auteure des célèbres Contes de l'Hinterland.
Hazel Wood, d'où semble s'échapper des personnages inventés par Althea.
Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s'aventurer.
Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.

Et si Hazel Wood était bien plus qu'un simple manoir ? Un leurre ? Une porte d'entrée sur un autre monde ?
Et si Alice était bien plus qu'une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?

Il était une fois... Hazel Wood.










Vous avez été très nombreux à choisir d'intégrer Hazel Wood à ma pile à lire participative automnale. Il faut dire qu'entre la couverture et l'histoire à proprement parler, on rentrait pile poil dans mon thème des : "lectures inquiétantes". C'est donc par ce livre que j'ai décidé d'entamer ma petite pile à lire de saison. 
Alice et sa mère déménagent sans cesse, poursuivies par ce qu'Alice appelle la "malchance" et qui consiste en une série d'événements un peu effrayants et inexpliqués jusqu'au jour où la mère de la jeune fille se volatilise brusquement. Alice et Finch (qui fréquente la même école qu'elle), partent à sa recherche. Ils ont pour seule piste : Hazel Wood, le nom de la propriété où réside la grand-mère d'Alice, l'auteure d'un livre de contes qui fût célèbre à une époque et dont on ne trouve plus aujourd'hui le moindre exemplaire. 
J'avoue que je ne savais absolument pas dans quoi je mettais les pieds avant d'entamer cette lecture. Allait-il s'agir d'une réécriture de contes de fées ? Le manoir Hazel Wood était-il une sorte de lieu de rencontre dans lequel se croiseraient les personnages de contes qui ont bercé notre enfance ? 
En réalité rien de tout cela, le récit intrigue les lecteurs en conservant sa part de mystère. Je vous dirai simplement que des contes il y en a bien dans cette histoire mais qu'ils sortent tout droit de l'imagination de l'auteure. Je ne m'attendais en tout cas pas à ce que cette lecture me mette aussi mal à l'aise. L'univers est en effet très sombre, macabre et indubitablement sinistre mais en même temps très captivant. 
On navigue un peu à vue au début du récit, à se demander vers quelle direction l'auteure va choisir de nous amener mais tout commence à faire sens vers le milieu de l'histoire. J'ai d'ailleurs pu me rendre compte à quel point chaque détail fait sens et a été extrêmement bien pensé. Malheureusement tout cela prend un peu trop de temps à se mettre en place et sans pour autant vous dire que je me suis ennuyée je suis obligée de vous signaler la présence de pas mal de longueurs au cours de cette lecture. 
Les personnages sont intéressants mais j'aurai apprécié qu'ils soient davantage travaillés par l'auteure. A prendre autant soin de son univers, elle en a en effet un peu oublié de nous les rendre plus captivants et charismatiques. Je n'ai pas apprécié notre héroïne. Je ne peux lui retirer sa loyauté envers sa mère puisqu'elle va faire tout ce qui est en son pouvoir pour la retrouver mais elle m'a tout de même semblé assez antipathique. 
En résumé, le gros point fort de Hazel Wood réside dans son univers incroyable qui nous propose une espèce d'Alice au pays des merveilles mâtinée à la sauce Tim Burton. Je me suis retrouvée face à des contes de fées cruels et sans morale, intrigants et effrayants et autant vous dire que cette lecture ne m'aura pas fait long feu, pressée que j'étais de savoir où l'auteure voulait en venir. Au-delà de ça, j'ai trouvé le rythme du récit assez lent et inégal et je n'ai pas accroché avec les personnages ce qui me fait malheureusement baisser ma note finale. 

★★★☆☆




Aucun commentaire:

Publier un commentaire