2 déc. 2014

Rebecca Kean Tome 3: Potion Macabre

Résumé: Avoir une fille en plein crise d'ado quand on a 27 ans, ce n'est déjà pas de la tarte, mais quand votre adorable progéniture est une jeune vampire en pleine poussée hormonale, ça devient carrément insurmontable. Comme si je n'avais pas assez à faire avec une bande de potionneuses complètement disjonctées qui sèment la pagaille dans toute la région, et la nouvelle guerre qui se profile lentement mais sûrement à l'horizon...
 
 
 
Extrait: -Le moyen le plus efficace de défendre une opinion est de tuer ceux qui ne la partagent pas.
- C'est quoi ça? Un extrait du guide du parfait dictateur?
- Non, un vieil adage familial, fis-je en lui tendant la main pour l'aider à se relever.
- Et ben, désolé de te dire ça, mais ta famille craint! fit-il en se redressant.
 
 
 
 
Après une lecture décevante, je me suis plongée dans le troisième tome de Rebecca Kean en me disant que là au moins, j'avais une valeur sûre entre les mains. Et c'est encore une très belle couverture qui illustre les nouvelles aventures de l'assayim du Vermont (j'ai l'impression de me répéter mais je suis fan de ces couvertures) avec notre Rebecca nationale tout en cheveux.

Comme le suggère le titre: Potion macabre, nous sommes propulsés dans l'univers des potionneuses et ça m'a bien plu parce que ça change de l'univers des vampires et des loups garous, du coup, pas de lassitude possible. L'intrigue commence très rapidement par une triple agression d'une prof potionneuse et de ses deux élèves qui se retrouvent plongées dans un mystérieux coma. Rebecca va mener l'enquête et quoi de mieux pour elle d'infiltrer l'école en tant que prof? Elle ne va pas être seule sur ce coup-là, à mon grand plaisir, Clarence qu'on découvrait dans le tome 2, assayim d'un état voisin a démissionné pour seconder Rebecca et elle en aura bien besoin car elle aura été rarement autant en danger.

Grâce à cette incursion dans le clan des potionneuses, on apprend à mieux connaître Maurane, la chef du clan et directrice de l'école. Elle m'a semblé une femme douce et volontaire mais également et ça m'a moins plu, faible car elle se laisse complètement embobiner par les mensonges de son acariâtre grand-mère.
Rebecca m'a toujours fait autant rire avec son humour piquant et ses petites réflexions surréalistes. Par contre, la pauvre va beaucoup en baver dans ce tome. Débordée, elle va devoir jongler entre son enquête, des blessures mortelles et gérer les hormones en ébullition de sa fille qui entre dans l'adolescence. Heureusement elle va pouvoir compter sur le soutien de sa meilleure amie, la louve Beth que j'ai retrouvé avec grand plaisir. Concernant les Mâles avec un M majuscule, Raphael le vampire va être peu présent, il va s'absenter et confier la gestion de son clan à Rebecca, à son grand déplaisir. Bruce le loup est également absent pendant la quasi totalité du livre, il ne revient que dans les dernières pages et waouuh, en voyant ses sentiments pour Rebecca grandir, je n'arrive plus à savoir si je préfère Raphael ou Bruce.
 

Il y a un passage très intéressant dans le livre, qui m'a beaucoup plu même s'il m'a laissé sur ma fin, c'est la découverte de Rebecca du monde des démons. J'ai trouvé l'univers extrêmement intéressant, ça m'a même fait penser à un décor de fantasy tellement le monde décrit est dépaysant et riche en détails. Malheureusement Rebecca n'y est pas restée assez longtemps à mon goût, c'était un peu survolé alors j'espère qu'elle y retournera un jour, histoire d'en apprendre plus. En tout cas, ça y'est à mon grand plaisir on en apprend enfin plus sur les origines de Rebecca, je crois que Cassandra O'donnell nous distille les informations au compte-goutte dans chaque volume, histoire d'attiser notre curiosité.
 
Le livre se termine avec un horrible suspense et il me tarde de me plonger dans la suite! En résumé c'est encore un 5/5 en ce qui me concerne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire